à la uneCamerounSociété

Ligne 94: Amougou Bélinga bientôt arrêté, aurait subitement piqué une crise psychologique voici les détails

• Amougou Bélinga est encore tombé malade

• Il serait actuellement hospitalisé

• Le Zomloa souffrirait de troubles psychologiques

Sur la liste des personnes objets d’enquêtes et bientôt arrêtés dans le cadre du dossier des personnalités s’étant enrichis en grâce à des détournements de l’argent de l’État camerounais, notamment grâce à la ligne 94, Amougou Bélinga serait tombé curieusement malade. D’après nos sources, il souffrirait d’une crise psychologique.

Le Zomloa aurait même, pour sa maladie, fait recours aux églises catholiques du Cameroun, afin d’avoir un soutien spirituel.

Dans un communiqué dit « urgent » envoyé aux prêtres par Mgr Donatien Abeng Mbarga, Evêque de l’église Catholique Apostolique nationale du Cameroun, demande que des prières soient organisées dans toutes les églises pour Amougou Bélinga du 23 février au 23 mars.

« Je vous demande de vous mettre résolument en prière dès aujourd’hui, dans toutes nos paroisses, sanctuaires et grands séminaires à partit de 17 heures…Nous prierons pour que le seigneur le couvre de son manteau d’innocence ; Qu’il reste invisible aux yeux de l’ennemi tant visible qu’invisible ; Qu’il ait gain de cause dans tous ses combats. Compte tenu de l’urgence de la prière, j’attache du prix à la régularité de cette neuvaine à 17heures chaque jour question de maintenir l’union de prière dans une même communion d’esprit », lit-on dans le communiqué de l’Evêque.

Bientôt arrêté

Suite à une lettre anonyme qui a été déposée sur la table du chef de l’Etat, la présidence de la République du Cameroun a donné des instructions fermes au secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie d’ouvrir une enquête sur des dénonciation d’enrichissement illicite.

Les personnes concernées et directement citées sont le sieur Sylvain Mvodo, Amougou Belinga, Louis Paul Motazé. Ces personnes sont accusé de détournement massif à travers la ligne 94, qui est réservée à des dépenses de la présidence de la République.

« J’ai l’honneur de vous faire tenir ci-joint, pour exploitation, thermocopie, d’une note d’information parvenue à la présidence de la République au sujet
de l’objet repris en marge », a écrit le Secrétaire général de la présidence de la République au Secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie. A ce dernier, il a été instruit l’ouverture d’une enquête.

Ce que dit la lettre anonyme

Dans la lettre (dont on ne sait par quelle alchimie, s’est retrouvée sur la table du chef de l’Etat), il a été dénoncé des détournements de plusieurs milliards par le sieur Sylvain Mvodo, présenté comme Directeur de la programmation et investissement public et gestionnaire de la ligne 94.
L’homme a été plusieurs fois cité comme le fonctionnaire le plus riche du Cameroun.

« Selon des sources dignes de fois en service au MINPAT et au MINFI, il nous revient qu’un groupe d’individus se réclamant de votre famille et sous la
protection du ministre Louis Paul Motazé et en complicité avec le ministre Séraphin Magloire Fouda, ponctionne les caisses de l’Etat à travers la ligne
94…Depuis la prise de fonction de monsieur Alamine Ousmane Mey au poste de ministre de l’Economie, ce dernier a essayé à moult reprises de muter Monsieur Mvodo Sylvain. Le ministre de l’Economie s’est heurté à une vive résistance du ministre Motazé et de l’homme d’affaires Amougou Belinga, du secrétaire général des services du Premier ministre et un haut responsable de la Présidence de la République », lit-on dans la lettre.

« Ces résistants détracteurs de votre politique économique, ont donc décidé de bloquer et de contrôler la ligne 94 et ont imposé au MINEPAT, la personne de Monsieur Sylvain Mvodo. A partir de ce monsieur, ils contrôlent tous les engagements, naturellement à leur profit…Vous comprendrez dès lors, monsieur le président de la République, comment Amougou Bélinga s’est constitué une fortune colossale, au point de narguer les Camerounais et nos institutions », lit-on également dans la lettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *