23 juillet 2024
Récents :
InternationalSociété

L’US Air Force a désormais recours à une entreprise privée pour des missions de ravitaillement en vol

[ad_1]

En 2020, le développement du KC-46A Pegasus par Boeing ayant pris du retard, à cause de problèmes techniques dont certains n’ont pas encore été réglés à ce jour, le commandant de l’US Transportation Command [US TRANSCOM], chargé de la « projection » des forces américaines, avait estimé qu’il fallait probablement repousser le retrait des KC-135 et celui des KC-10 de l’US Air Force afin d’éviter des « tensions capacitaires » en matière de ravitaillement en vol. Et donc d’économiser leur potentiel. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire quand le rythme des activités opérationnelles est élevé…

Un an plus tard, l’US TRANSCOM lança un nouvel avertissement. « Avec une flotte vieillissante d’avions ravitailleurs, les retards du KC-46 pour devenir pleinement opérationnel mettent en péril la capacité des États-Unis à exécuter efficacement les opérations quotidiennes et les plans de guerre », avait-il en effet prévenu.

D’où la solution trouvée par l’US Air Force. La semaine passée, celle-ci a indiqué qu’elle avait eu recours pour la première fois à des avions ravitailleurs KCD-10 « Extender » exploités par une entreprise privée, en l’occurrence Omega Aerial Refueling Services, fondée… en 1999.

Selon les explications qu’elle a données, cette entreprise commerciale a été sollicitée une première fois au cours de l’été dernier pour ravitailler un E-3 AWACS et un RC-135 en vol, « en coordination avec l’Air Combat Command », lors d’un exercice. Puis elle l’a été de nouveau en novembre, au profit de quatre F-16 ayant décollé de la base aérienne d’Osan [Corée du Sud] pour rejoindre Singapour, afin de prendre part aux manoeuvres « Commando Sling 23 ». Le KCD-10 mobilisé à cette occasion a en outre transporté des passagers et du fret.

« Si nous pouvons recourir à des services commerciaux pour le ravitaillement afin de relier un point A à un point B dans le cadre de nos participations à exercices, cela libérera notre flotte d’avions ravitailleurs pour des missions opérationnelles. Il s’agit d’un mécanisme que nous pouvons exploiter pour accroître la préparation de nos combattants », a fait valoir le lieutenant-colonel Curtis Holtman, du commandement de l’US Air Force pour le Pacifique [PACAF].

Cela étant, ce n’est pas la première fois qu’Omega Aerial Refueling Services est sollicitée de la sorte… puisqu’elle compte – depuis sa création – l’US Navy et l’US Marine Corps parmi ses clients, de même que la Royal Air Force, la Royal Australian Air Force et la Force aérienne finlandaise. Actuellement, sa flotte compte cinq avions ravitailleurs, dont deux KCD-10 ayant servi sous les couleurs néerlandaises et deux anciens B-707 australiens. À noter que l’entreprise a récemment été certifiée pour le ravitaillement en vol du chasseur-bombardier F-35.



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *