24 juillet 2024
Récents :
InternationalSociété

Proche-Orient : M. Lecornu annonce le déploiement du porte-hélicoptères Dixmude en Méditerranée orientale

[ad_1]

La semaine passée, depuis Le Caire, le président Macron avait annoncé l’envoi, dans les « prochaines quarante-huit heures », d’un navire de la Marine nationale en Méditerranée orientale afin de « soutenir les hôpitaux » de la bande de Gaza, soumise à un blocus israélien depuis les attaques terroristes lancées par le Hamas le 7 octobre.

Peu après, alors qu’il venait de participer à de l’exercice européen MILEX, pour lequel il avait accueilli à son bord un sous-groupement tactique, doté de 55 véhicules dont six chars légers AMX-10RC, une section de fusiliers marins et un détachement de six hélicoptères, le porte-hélicoptères amphibie [PHA] appareilla de Toulon pour ensuite mettre le cap vers la Méditerranée orientale.

Même si un PHA passe pour être un « couteau suisse », avec la capacité de mettre en oeuvre un hôpital embarqué de rôle 3, le très court préavis donné au Tonnerre pour sa nouvelle mission interrogeait sur sa configuration au moment de son départ. A priori, selon une photographie prise peu après son appareillage, plusieurs hélicoptères se trouvaient sur son pont d’envol, dont au moins un Tigre, deux NH-90 et deux Cougar.

Cependant, la mission du PHA n’était pas clairement définie lors de son départ. Elle est « en cours de définition », a même dit le colonel Pierre Gaudillière, le porte-parole de l’État-major des armées [EMA], lors du point presse du ministère des Armées, le 26 octobre. Et le seule certitude est que le PHA allait rejoindre assez rapidement les frégates Alsace [FREMM DA] et Surcouf [de type La Fayette] en Méditerranée orientale.

Quoi qu’il en soit, la présence du Tonnerre dans la région donne plusieurs options au gouvernement français. Comme, par exemple, sa participation à l’acheminement d’une aide humanitaire à Gaza via un « couloir maritime » proposé par la République de Chypre, située à environ 370 km de l’enclave palestinienne.

En attendant, depuis le Liban où il a rencontré les militaires de l’opération Daman [nom de la participation française à la Force intérimaire des Nations unies au Liban, ndlr], le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a annoncé que le PHA Dixmude serait bientôt déployé en Méditerranée orientale, après avoir été configuré en « navire hôpital ». La « planification » de sa mission est « en train d’être faite », a-t-il dit.

Le Dixmude pourrait être prêt à appareiller de Toulon « autour de la mi-novembre », a précisé son entourage. Il n’est pas clair s’il va relever le Tonnerre ou bien s’il le rejoindra.

En outre, a aussi indiqué le ministre, le Service de santé des armées [SSA] pourrait être sollicité, celui-ci disposant « d’antennes de chirurgie avancée, par exemple, avec une bonne expertise des blessures de guerre ». Et d’ajouter : « C’est autant d’objets de moyens que la France met sur la table ».

« Il faut comprendre que le président de la République a demandé une manœuvre globale pour que la France soit une nation cadre, c’est-à-dire, une nation qui emmène d’autres pays en matière sanitaire au secours des populations civiles de Gaza », a par ailleurs expliqué M. Lecornu. Pour schématiser, l’idée est donc de permettre à d’autres pays d’agréger leurs moyens à ceux déployés par les forces françaises.

« Les populations civiles de Gaza doivent être protégées, c’est le droit international et c’est aussi le devoir moral de la France que de jouer ce rôle dans la région », a aussi fait valoir M. Lecornu, avant d’affirmer qu’il « est légitime qu’Israël mène les actions qui permettent de mettre le Hamas hors d’état de nuire ».



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *