23 juillet 2024
Récents :
à la uneCameroun

Révélation : comment les 91 millions de Fcfa pour la réabilitation du bac sur le fleuve Nyong ont été détournés

[ad_1]

Dans le département du Nyong-Ekelle, région du centre du Cameroun, le bac de Malombo a été réhabilité pour faciliter le trafic des biens et des personnes. Cependant, la Commission nationale anti-corruption (Conac) a révélé que près de 91 millions de Fcfa ont été détournés dans le cadre de la non-exécution du marché des travaux de réhabilitation de ce bac.

Le projet avait été confié à l’Union Entreprise en novembre 2017 pour un montant de 148,859 millions de Fcfa pour une durée de six mois. Cependant, la Conac a constaté plusieurs irrégularités dans l’exécution des travaux, telles que la non-conformité des équipements installés sur le bac, la perception indue d’une somme de 24,661 millions de Fcfa par l’entreprise dans le cadre du paiement de ce marché et le paiement des prestations non-réalisées.

La Conac a donc imputé la responsabilité à quatre responsables : le Directeur général de l’Union Entreprise, l’ingénieur du marché, le chef du service technique du marché et le chargé de la maîtrise d’œuvre. En attendant l’issue de la procédure judiciaire recommandée par la Conac, ces détournements des deniers publics sur la réhabilitation du bac peuvent également installer un climat d’inquiétude quant à l’utilisation à bon escient des fonds mobilisés pour la construction d’un pont sur le fleuve Nyong par Malombo.

Le démarrage des travaux de construction du pont est attendu d’ici fin 2023, soit 15 ans après que Bet Ecta Btp a mené les études de faisabilité. Une enveloppe de 10,978 milliards Fcfa a été mobilisée par le gouvernement et le financement sera assuré par le budget d’investissement public du Ministère des Travaux Publics. Toutefois, l’entreprise espagnole Centunion a réitéré son vœu de construire quatre ponts métalliques au Cameroun, dont celui sur le fleuve Nyong à Malombo, pour une valeur globale de 38,630 milliards de Fcfa.

En somme, il est important que les fonds publics destinés à des projets de développement soient utilisés à bon escient pour éviter tout détournement. La Conac doit poursuivre ses enquêtes pour que les responsables soient traduits en justice. Les autorités doivent également veiller à la transparence dans la contractualisation des entreprises pour la construction du pont sur le fleuve Nyong afin de rassurer la population et garantir la réussite de ce projet de grande envergure.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *