23 juillet 2024
Récents :
à la uneCamerounSociété

Révélations sur le crime crapuleux de l’hôtel Mendjang : Voici pourquoi la police a essayé de cacher l’identité de l’accusée

D’après le Courrier du Cameroun, beaucoup de fausses informations circulent liées à l’affaire de la dame décapitée dans l’hotel Mendjang.

En effet la concernée s’appelle MAKON ma Nkam ou Ngo Makon, rien à voir avec Désirée Beyanga qui est citée dans l’affaire.

En rappel, dans la nuit de lundi 22 août 2022, une dame décapite sa belle sœur et tente de transporter son corps dans une valise pour livrer aux membres d’une secte qu’elle a intégrée sur la toile.

Le crime a exactement eu lieu à au quartier Biyem-Assi plus précisément à l’hôtel le Mendzang, situé à la descente du lycée de Biyem-Assi.

Crime crapuleux à Bafoutam : un homme froidement ‘assassiné’ par deux jeunes envoyés par sa femme

De sources concordantes proches de la rédaction de Camerounweb, un homme, commerçant aurait été froidement assassiné par deux jeunes à l’entrée de son domicile à Batoufam.

D’après les informations ce n’était pas un braquage mais bien un règlement de compte car rien n’aurait été emporté sur la victime.

D’après nos sources qui citent la gendarmerie de Bayangam, il aurait été assommé par ses agresseurs qui curieusement n’ont rien emporté de la victime. Ce qui a choqué les gendarmes et ont permis à ces derniers de rapidement mettre la main sur les présumés criminels qui selon les sources non encore confirmées par la gendarmerie, affirment avoir agi sous ordre de l’épouse de la victime.

Les deux bourreaux âgés respectivement de 20 et 21 ans disent avoir reçu de la désormais veuve, la somme de 750 000 FCFA. Ce qui aurait permis à l’un des assassins, reconnu comme livreur de parpaings dans le village d’acheter une moto.

« Les gars disent qu’ils ne voulais pas le tuer car le contrat était le tabasser correctement et la femme elle-même a pris la latte et frappé le dernier coup à la nuque » précise une source à Batoufam.

Après 14 ans de vie commune avec cette dame sans enfant, la victime planifiait prendre une seconde femme, il avait eu deux enfants avant son mariage.

D’après les indiscrétions, la victime serait commerçant au poste de péage de Batoufam.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *