23 juillet 2024
Récents :
à la uneInternationalSanté

Vous favorisez Alzheimer si vous avez cette (mauvaise) habitude la nuit

[ad_1]

Plusieurs études ont déjà démontré que le manque de sommeil pouvait être propice à la démence. Pour rappel, la maladie d’Alzheimer est la forme la plus connue de démence.

Une nouvelle recherche parue dans la revue Neurology va plus loin et démontre que ce seraient les habitudes de sommeil irrégulières qui favoriseraient Alzheimer : concrètement, les personnes ne se réveillent et ne se couchent jamais à la même heure seraient concernées.

L’étude a porté sur 88 094 personnes britannique âgées en moyenne de 62 ans.

« La régularité du sommeil d’une personne est un facteur important lorsqu’on considère le risque de démence d’une personne »

La régularité du sommeil sous-entend se réveiller et s’endormir chaque jour à la même heure.

« Les recommandations en matière de santé du sommeil se concentrent souvent sur l’obtention de la quantité de sommeil recommandée, soit sept à neuf heures par nuit, mais l’accent est moins mis sur le maintien d’horaires de sommeil réguliers« , a souligné l’auteur de l’étude Matthew Paul Pase, Ph.D. de l’Université Monash à Melbourne, en Australie.

« Nos résultats suggèrent que la régularité du sommeil d’une personne est un facteur important lorsqu’on considère le risque de démence d’une personne. »

Les participants ont porté pendant sept jours un appareil au poignet qui servait à mesurer leur cycle de sommeil. Les chercheurs ont ensuite calculé la régularité du sommeil des participants.
Les chercheurs ont ensuite examiné les données médicales pour identifier les participants atteints de démence et ont découvert que 480 personnes avaient développé la maladie.

Le risque de démence augmente de 53 % si vous avez un sommeil irrégulier

Les chercheurs ont découvert que les personnes qui avaient un rythme de sommeil irrégulier étaient plus susceptibles de développer la démence.

Après avoir pris en compte l’âge, le sexe et le risque génétique de maladie d’Alzheimer, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant le sommeil le plus irrégulier étaient 53 % plus susceptibles de développer une démence.

Une sensibilisation l’importance du sommeil combinée à des thérapies comportementales pour améliorer les habitudes de sommeil irrégulières peuvent contribuer à prévenir la démence. « Des recherches futures sont nécessaires pour confirmer nos résultats« , ajoute toutefois Matthew Paul Pase.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *